Le réseau d’eau potable

0
246

Le réseau de distribution d’eau potable communal date d’une cinquantaine d’années et nécessite d’importants travaux. Le coût du changement de la tuyauterie de distribution et sa mise aux normes est particulièrement élevé.

Mais comme vous l’avez compris ils sont indispensables pour continuer à vivre à Massoins.

HISTORIQUE

Après analyse des coûts, notre premier souci fut donc de rétablir une liaison « bassin – station de pompage » pour limiter les temps d’utilisation des pompes et par la même occasion, réduire la consommation électrique liée à leurs fonctionnements. Cette liaison, autrefois assurée de manière filaire, était depuis fort longtemps inopérante. En effet, la rupture du câble nous avait conduit à pomper de façon permanente et à rejeter le surplus d’eau dans le vallon. Elle a été remplacée par une liaison téléphonique type « GSM ». Ce cordon ombilical rétabli, nous ne pompons que ce qui est strictement nécessaire en privilégiant le fonctionnement en heures creuses que nous autorise désormais notre abonnement EDF. Le contrat EDF a lui aussi été ajusté aux besoins réels. Enfin, pour maîtriser de manière rigoureuse les coûts de fonctionnement des installations, nous avons passé un contrat de surveillance et d’entretien avec la société ENP, qui n’assurait auparavant que les dépannages.

Parallèlement, nous avons pris attache auprès des services du Conseil Général et de la Direction Départementale de l’Agriculture, de la Forêt et de l’Eau afin d’obtenir le meilleur financement possible pour notre projet de réhabilitation du réseau. Lors des différentes réunions avec ces services de l’Etat, nous avons fait valoir notre désir de moderniser le réseau d’eau potable communal et, afin d’assurer une plus grande équité, nous avons demandé la mise en place de compteurs d’eau individuels dans les plus brefs délais. Devant nos arguments d’économie, de distribution régulière et de paiement en fonction de la consommation, les services de l’Etat ont souhaité que nous commencions par le pompage afin de pérenniser l’installation.

Plusieurs tranches ont alors été décidées et cela dans le but de ne pas endetter le budget de l’eau (M49).Or, comme vous le savez, un budget doit être équilibré, aussi « l’eau devant payer l’eau » nous avons été contraints d’ajuster le prix de l’abonnement forfaitaire en fonction des dépenses inhérentes à celui ci. Conformément à notre engagement le prix forfaitaire de l’abonnement est réajusté annuellement et prendra fin dès que nous aurons la possibilité de facturer chacun en fonction de sa consommation.

TRAVAUX REALISES

1ere tranche :

  • Remplacement de la conduite partant de la station de pompage jusqu’au virage en épingle situé avant la propriété de M. BELLI.
  • Changement de « l’anti-bélier » défectueux.

2eme tranche :

  • Remplacement de la conduite sise au droit « de la réserve » jusqu’au pied de la colonne du bassin.
  • Création d’une chambre de visite équipée de compteurs et limiteur de débit.

3eme tranche :

  • Création d’une partie de distribution descendante en PVC de diamètre 100 de pied de la colonne, jusqu’à l’intersection des CD 26 et CD 126.
  • Passage des piquages des abonnés de la colonne d’alimentation sur la colonne de distribution.
  • Création d’une borne incendie.
         

4eme tranche :

  • Changement de la canalisation de la chapelle San Sébastien jusqu’à la place du village.
  • Mise aux normes des piquages et des bornes incendies.
  • Piquages des abonnés sur le réseau et pose d’abris pour les futurs compteurs en limite de propriété.
  • Raccordement de trois nouveaux abonnés.


TRAVAUX RESTANTS A REALISES

Pour parachever cette réhabilitation, il est nécessaire de remplacer les canalisations qui traversent notre village. A cette occasion, nous serons vraisemblablement obligés de remplacer les conduites du réseau d’assainissement sises à proximité et qui ne supporteront certainement pas les excavations nécessaires à ces travaux. Nous profiterons de cette opportunité pour buser le canal d’irrigation construit en pierre et créer une alimentation en eau non potable des fontaines coulant en permanence ainsi que l’arrosage automatique des pelouses.

Nous entamons là, la partie la plus onéreuse, la plus longue, la plus gênante et la plus contraignante de notre projet. Aussi un phasage en plusieurs tranches sera encore nécessaire, ainsi qu’une séparation des lots de travaux. Nous avons déjà envisagé d’utiliser la subvention « voirie 2004 » (pour le pavage de la rue principale) et, à ce titre nous avons pris la précaution de ne pas entamer d’autres travaux sur cette enveloppe.

L’ampleur de la tâche restant à accomplir est considérable, mais à la hauteur des ambitions que nous avons pour notre village. Des difficultés et des désagréments liés aux travaux à l’intérieur de la rue principale nous attendent mais n’entament en rien notre détermination